puor il…sans il…

Aujourd’hui il a plu, aujourd’hui le ciel est tombé … ou je devrait dire hier … ce jour un nouveau-né est … ce jour commence pour moi … de bonne heure sans toi…
je veux cesser de te rêver pour exister et pour vivre et pour dormir avec toi… l’agnelet [j’ai désespérément essayé de biffer] dans la peau qui me permet ton prénom ma mémoire, je vouloir par toi … tu vouloir par moi … chaque jour a essayé de commencer d’un zéro, je trébuche à propos … je tombe dans ton souvenir constamment … ton prénom ne s’efface pas de mes lèvres … et tout pourquoi ? je ne le sais pas… 
tout est si absurde … si inutilement nécessaire … si logiquement illogique … en devant rappeler te oublié et tout ressemble au réves…

 
je te peins en oubli noir, et tu reviens avec blanc une paix … j’essaie de finir avec toi, mais je commence par toi … plusieurs fois la pluie paraissait q une lave et elle biffe tout …  paraît … mais le soleil sort, la conscience sort, l’insignifiant sort, les préoccupations sortent, le vide remplit tout … et mon monde ne naît pas sans ta bouche dans la mienne … j’essaie de marcher dans l’obscurité, entre l’oubli … mais je ne peux pas, et je dois dire ton prénom ou saisir un ton souvenir … et avec plus d’appétit tu te tatoues dans mon âme que par-dessus le marché des malheurs, je tu ai offerte…
 
 
[j’hallucine, je cours, prie, maldigo, écris, pleure, cours, danse, échappe, me retire du monde … une solitude, ton absence, ma folie habituelle … la réalité …] (donne-moi un moment, j’essaie d’organiser mon esprit …) [ou à toi écris-je cela ? te l’ordonne-je ? peut-être tu le liras … ou il le lira … ou elle … ?] j’essaie de ne pas avoir peur, essaie de ne pas savoir, essaie une tentative essaie d’être et d’être … et tout reste dans des tentatives absurdes, tout part dans des promesses pour oublier, tout part … et seulement ton souvenir maudit reste…
 
 
tout part dans des suppositions, on supposait que tu m’oublierais, on supposait que nous nous étonnerions, on supposait que nous continuerions d’être amis, on supposait que tu me laissais par elle…
je ne veux rien supposer déjà … déjà pas si je veux savoir quelque chose… 
comment me défaire de toi ? comment sortir de ta tête ? comment enlever de ma peau, de mon âme, de ma bouche ?
comment commencer tout depuis zéro et sans ton souvenir ?
Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s